Artprice analyse trois chiffres clés, symboles de la très bonne santé du Marché de l’Art

Comme chaque année, le Marché de l’Art a fini le premier semestre dans les salles de ventes londoniennes. Après une passage obligé par la Biennale de Venise et la DOCUMENTA 14, les collectionneurs se sont retrouvés dans la capitale anglaise pour confirmer la reprise de la croissance, amorcée en mai lors des grandes ventes new-yorkaises. Au terme d’une semaine riche en nouveaux records,
Artprice analyse trois chiffres clés, symboles de la très bonne santé du Marché de l’Art.

75 m$

Le produit des ventes de Wassily Kandinsky sur le seul mois de juin à Londres. Le marché récompense enfin ce père de l’abstraction, dont le record n’arrête plus d’être amélioré. Avec 4 toiles et 5 dessins vendus en un mois, il fait mieux que Pablo Picasso lui-même.

1

La première maison de ventes en juin à Londres n’est autre que la géante Sotheby’s. Avec 347 m$, elle surpasse Christie’s (249 m$) qui avait décidé de faire l’impasse sur sa grande vente d’Art d’Après-guerre et Contemporain de juin.

29 %

Le taux d’invendus pour l’ensemble des 86 ventes organisées sur le sol anglais en juin. Les grandes ventes du soir de Christie’s et Sotheby’s, mais aussi celles de Phillips et Bonhams, affichent un taux inférieur à 10 %.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s