Les œuvres ravalées par le Marché de l’Art – Artprice

Parmi les différents indicateurs de la santé du Marché de l’Art, les lots invendus livrent une information cruciale sur l’équilibre délicat entre l’offre et la demande. Souvent négligées, ces œuvres « ravalées par le marché » jouent un rôle pourtant nécessaire dans la formation des prix.
Cette semaine, Artprice analyse ces résultats de ventes parfois difficiles à interpréter.

35 %

Le taux d’invendus mondial sur l’année 2016. Avec 30 % des lots vendus sous les estimations et 17 % au-dessus, moins d’une œuvre sur cinq est adjugée dans la fourchette fournie par la maison de ventes.

6,2 m$

L’estimation basse de l’œuvre Le Loing à Moret, en été (1891) d’Alfred Sisley, qui n’a pas trouvé acquéreur le 1er mars 2017 chez Sotheby’s à Londres. Estimée entre 5 m£ et 7 m£ (6,2 m$ – 8,7 m$), elle est la plus importante toile invendue sur le premier semestre.

5/6

La proportion de toiles signées Chaïm Soutine invendues sur le premier semestre 2017. Les six toiles mises en vente auraient dû engranger entre 9,3 m$ et 12,6 m$ (selon les estimations), mais la seule peinture vendue a tout juste récolté 828 500 $.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s