Artprice s’approprie le Marché de l’Art OTC qui génère un volume de transactions de 7 à 9 fois supérieur à celui du Marché de l’Art traditionnel

Artprice, en tant que Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art, analyse, avec une approche macro, microéconomique et sociologique, le Marché de l’Art mondial depuis 1987.

Ce communiqué doit être considéré comme l’aboutissement d’une série d’études et mise en production où chaque paragraphe décrit une étape précise des phases du nouveau process OTC d’Artprice.

Le Marché de l’Art mondial traditionnel est composé d’acteurs principaux (Galeries, Maisons de Ventes, Institutionnels) qui restent, malgré l’évolution extrêmement rapide de ce marché, terriblement dépendants d’impératifs économiques et de valeurs académiques auxquels ils ne peuvent échapper.

Cela se traduit par un Marché de l’Art traditionnel où les œuvres inférieures à 5 000 $ ne peuvent être prises en charge par ces acteurs. Leurs frais de gestion étant relativement élevés les obligent à n’accueillir que les œuvres supérieures à 5 000 $, voire de plus en plus haut chaque année. Concernant les galeries anglo-saxonnes, le degré d’exigence porte le chiffre au-delà de 50 000 $.

Le Marché de l’Art traditionnel représente seulement près d’un million de transactions en ventes publiques et environ trois millions en ventes de gré à gré en galeries. Ce n’est que la petite partie émergée de l’iceberg du Marché de l’Art dans le monde.

En effet, la partie immergée représente environ une trentaine de millions de transactions à travers le Monde chaque année qui échappent à ce Marché de l’Art traditionnel au profit d’un autre Marché de l’Art : le Marché de l’Art OTC (Over The Counter) ®.

Artprice va donc mettre en production une nouvelle Place de Marché Normalisée suivie de sa Blockchain (c.f. Actusnews** 05/2016 https://goo.gl/9uThVN) protégée au titre de la propriété intellectuelle afin de capter et d’absorber cet énorme flux de transactions OTC sur Artmarket.com. Sound View Press, filiale américaine datant de 1975, détenue à 100% par Artprice et renommée Artmarket.com, travaille en profondeur son développement, de plus en plus mature en termes de chiffre d’affaires et d’acteurs en demande, ainsi que son projet d’IPO.

Selon thierry Ehrmann, PDG et fondateur d’Artprice, « Ce changement radical de dimension, avec le Marché OTC, donne un nouveau départ qui est plus fort et riche en perspectives, à l’instar de l’IPO d’Artprice en 2000. Cette mutation disruptive, avec de nouveaux partenaires de différents continents et d’horizons multiples, modifie définitivement l’histoire du Marché de l’Art au XXIème siècle ».

Les 3 millions d’heures de savoir investies par Artprice, les croissances externes historiques – qui sont toutes de véritables institutions opérées dans le monde de l’Art (Enrique Mayer 1962, Sound View Press 1975 USA, Le Mireur 1911, FVW 1970, Bayer USA 1913, etc…) – la constitution du plus grand fonds du Marché de l’Art au monde composé de 126 millions d’œuvres d’Art de 1700 à nos jours, les 20 ans à analyser et démonter tous les mécanismes sous-jacents de l’économie du Marché de l’Art, tant avec son département scientifique d’économétrie produisant 90% des indices du Marché de l’Art dans le monde, que son département éditorial confié aux historiens de l’art, permettent à Artprice de créer un véritable blast primaire par la prise en main du Marché OTC.

Le Marché de l’Art traditionnel se définit, envers et contre tout, par la citation de Giuseppe Tomasi di Lampedusa « Il faut que tout change pour que rien ne change ». Le blast secondaire sera la Blockchain d’Artprice qui est la continuité et la confiance du Marché OTC qui est déjà sur les réseaux depuis 20 ans.

 

Artprice, dans ce Marché de l’Art OTC, percevra une rétribution fixe, quel que soit le montant de l’œuvre sur des volumes de transactions qui sont 7 à 9 fois supérieurs au Marché de l’Art traditionnel, avec des œuvres d’art sur une fourchette moyenne de prix de 500 à 5000 $.

Cette rétribution sera proche du résultat net pour Artprice par une approche de facturation numérique basée sur une volumétrie de transactions énorme que seul un process 100 % informatique peut traiter. Dans ce communiqué, Artprice détaille en profondeur les différentes communautés formant en fourchette basse les 1,2 million d’artistes vivants OTC.

En face de la production du Marché de l’art OTC, la nouvelle génération de collectionneurs « art consumer » se chiffre autour de 40 millions de foyers dans le monde au regard notamment des nouvelles polices d’assurances multirisques peu onéreuses incluant les œuvres d’art ou des polices spécifiques à faibles coûts pour les petites collections, mais aussi en prenant en compte les différentes associations en réseaux des nouveaux collectionneurs absents du Marché de l’Art traditionnel.

Cette nouvelle génération de collectionneurs dispose de budgets trop faibles pour être pris en charge par les acteurs traditionnels et, de plus, ne partage pas avec eux les mêmes valeurs esthétiques.

Artprice, dans le cadre du développement du « Marché de l’Art OTC » sera, après une sélection rigoureuse de sa part, accompagnée financièrement par des institutions muséales privées, de puissants collectionneurs, ainsi que par des industries de pointe en qualité de mécènes, avec en renfort, des acteurs historiques du marché chinois qui ont tous en commun d’avoir parfaitement intégré l’enjeu financier et le volume colossal du Marché de l’Art OTC, qui est aussi à terme l’avenir du Marché de l’Art traditionnel.

Artprice qui a obtenu le label BPI Entreprise Innovante sollicitera cette dernière pour se développer. La R&D d’Artprice s’appuie sur ses croissances externes *.

Artprice a pu se forger une opinion solide et définitif en trois ans, par le fait de rencontrer et/ou joindre en réseaux sur différents continents des milliers d’artistes, d’associations, de GIE, de nouveaux collectionneurs, de structures muséales privées, d’acteurs clés de la communauté Maker, de sociologues et d’historiens de l’art avec d’autant plus de facilité que le fondateur et Président d’Artprice, thierry Ehrmann, est sculpteur-plasticien inscrit depuis 35 ans et fondateur du Musée l’Organe en 1999.

Le point commun entre les artistes OTC et les nouveaux collectionneurs est qu’ils sont tous deux à 100% sur Internet, qui est pour eux l’univers central depuis un temps certain, contrairement au Marché de l’Art traditionnel où Internet est périmétrique.

Cette communauté d’artistes OTC mondiaux a déjà solidement amorcé un véritable écosystème économique en réseaux qui s’affranchit du Marché de l’Art traditionnel en accélérant l’offre et la demande de manière exponentielle et en laminant, de fait, les marges importantes du Marché de l’Art traditionnel avec lequel les relations sont quasi inexistantes tant sur le plan culturel que sur le plan économique.

Artprice, grâce à sa double culture atypique depuis son origine, représente pour les artistes OTC le fédérateur et le label du Leader Mondial qui leur permet une véritable reconnaissance face au Marché de l’Art traditionnel, en préservant leurs acquis et une visibilité exceptionnelle sur Internet par l’indexation et la notoriété d’Artprice et ses nombreux DNS (1200) verticaux & génériques, comme par exemple Artmarket.com N°1 sur 67 millions de réponses sur Google avec la requête générique Art Market.

La montée en puissance des artistes OTC nécessite désormais une structure fédérative comme Artprice qui connaît parfaitement les rouages de l’ancien modèle avec ses erreurs mais aussi ses brillantes réussites.

Groupe Serveur, maison-mère d’Artprice, est sur Internet depuis 1987 (soit 30ans) et a donc une véritable légitimité dans les communautés en réseaux d’artistes OTC où Internet est la base du Marché OTC.

Cette approche, qui marque une rupture avec 120 ans de pratique académique et économique, va créer un véritable effet de blast dans le Marché de l’Art traditionnel, devenu un système figé dans son évolution. Ce changement de paradigme est aussi disruptif que le passage de l’ancienne économie dans le numérique. Pour les historiens du Marché de l’Art, les 20 dernières années ont été plus significatives en modifications structurelles que tout le XXème siècle.

Le Marché de l’Art traditionnel est victime de ses clients élitistes et d’une industrie muséale qui tend à aller de record en record, entraînant l’ensemble des acteurs traditionnels à délaisser économiquement le Marché de l’Art OTC, accélérant le choc des cultures. De plus, ils ont, par leur choix élitiste et académique, perdu de très nombreuses années de légitimation historique qui leur auraient permis d’établir des passerelles pour des actes de commerce avec le Marché de l’Art OTC. A contrario, Artprice possède depuis plus de vingt ans cette légitimité qui ne peut ni s’acheter, ni être contournée.

À ce jour, Artprice, outre le fait d’être le Leader mondial, détient une position unique dans l’Histoire de l’Art, à savoir faire communiquer le Marché de l’Art traditionnel et le Marché de l’Art OTC grâce à sa double culture atypique depuis son origine. Le soft power d’Artprice est d’effectuer avec diplomatie le rapprochement paisible de deux cultures antagonistes.

Les artistes du Marché de l’Art OTC ont, de leur côté, effondré leurs coûts de production : imprimante de très haute résolution pour la photo numérique THD (supérieure aux laboratoires photo), imprimante 3D industrielle pour les sculpteurs et plasticiens, découpeur et graveur laser haute puissance, machines-outils à commandes numériques par calculateur, CNC, industrie 4.0 mutualisée, système cyber-physique (CPS), etc … dont les prix ont été divisés par près de dix en moins de 20 ans, leur permettant ainsi de diffuser des œuvres d’une qualité exceptionnelle et inférieure à 5000 $.

Cela émane de la vitesse de production industrielle, de l’accès à de puissants médiums et supports issus des nouvelles technologies et de l’acceptation par la demande de la nouvelle génération de collectionneurs qui cautionnent et s’éprennent pour les œuvres multiples tant en Occident que dans la Grande Asie.

L’exemple frappant est sur Facebook qui ce 27 juin 2017 annonçait officiellement par son fondateur Mark Zuckerberg franchir la barre des 2 milliards de membres.

Artprice a procédé à une sélection rigoureuse en 2015/2017 de pages Facebook, réseau social dominant des artistes OTC, réservées à 100% à leurs productions artistiques et distributions, selon des critères très contraignants.

On dénombre, en fourchette basse, 1,8 million de pages d’artistes OTC qui produisent des œuvres de grande qualité et pourtant, ignorent et/ou refusent le Marché de l’Art traditionnel qui lui-même les délaisse. On peut mesurer ainsi le gap abyssal entre les deux Marchés.

Pour information, dès 2012, Artprice a été en Europe la première société à développer des algorithmes propriétaires pour scorer jours après jours les acteurs culturels sur Facebook.

Un budget important a été dédié à cette production d’indices, d’outils et de témoins économiques, qui au début suscitait des interrogations sur de tels investissements pour aujourd’hui faire autorité dans le monde de l’Art par son ancienneté et la puissance de ses algorithmes propriétaires.

Les réseaux sociaux, sur lesquels Artprice est très présente, permettent d’innerver ces artistes du Marché OTC qui, outre le facteur économique des acteurs traditionnels qui ne peuvent les prendre, se heurtent aussi à un choc des cultures comme par exemple le Street art pour lequel seulement moins de 3 285 artistes sont représentés sur le marché traditionnel alors que plus de 125 000 artistes Street art vivent fort bien de leurs œuvres et recherchent des réseaux mondiaux de ventes ainsi qu’un label mondialement reconnu comme l’est Artprice.

Artprice a compris ces mutations irréversibles. Elle est d’ailleurs présente depuis le début à Bristol (UK) qui est un des principaux rendez-vous mondiaux du Street art (Upfest-The Urban Paint Festival) mais aussi Asalto-Saragosse en Espagne, Living Walls – Atlanta (Georgia) aux USA et Pow! Wow! Hawaii… avec bien sûr la veille économique et sociologique sur Internet de Sreetartnews, Powwowworldwide, etc..

Son siège social mondialement connu (2700 reportages de 87 pays en 18 ans), qui est le Musée d’Art Contemporain l’Organe, incarne depuis 1999 ces nouvelles cultures, innovations technologiques et numériques par ses milliers d’œuvres, constituant le corpus de la Demeure du Chaos / Abode of Chaos dixit « The New York Times ».

Un autre médium important du Marché de l’Art OTC est la photo. Artprice, par sa maison mère Groupe Serveur et au travers de son ancienne filiale agence de presse photo qui fut Présidente du Syndicat des Agences Photo d’Information et de Reportage (Saphir), possède depuis 25 ans une très bonne connaissance de ce milieu, lui aussi en pleine mutation.

Artprice a été le principal mécène de Paris Photo en 2000 et éditeur de nombreux ouvrages papier et de banques de données depuis 1987 dans le monde sur la Photo, sujet qu’elle maîtrise infiniment mieux que les acteurs traditionnels du Marché de l’Art et faisant autorité sur ce sujet. Durant 12 ans, Artprice était la seule à classer dans ses banques de données la photo en Fine Art quand le Marché de l’Art traditionnel était dubitatif.

Grâce à la chaîne du numérique et de l’Internet, les photographes plasticiens ou de presse ainsi que les amateurs confirmés (chiffres cumulés des principales associations, clubs, communautés, Flickr Pro, 500PX, ainsi que des Sociétés de gestion des droits d’auteurs comme l’ADGP) se comptent en fourchette basse autour de 379 000 artistes dont seulement 22 500 artistes sont présents sur le marché en ventes publiques et pris en charge par les acteurs traditionnels. On retrouve sur ce segment, comme pour les artistes Street art, un choc des cultures et des difficultés économiques qui bloquent les transactions avec les acteurs traditionnels.

Les arts plastiques du Marché de l’Art OTC ont pour paramètres selon Artprice : le support, la technique, l’outil, la forme, le nombre de lux, la couleur, la matière première ou transformée, la science reconnue ou expérimentale, le facteur temps.

En termes de nouveaux médiums et de supports échappant au Marché de l’Art traditionnel, ces artistes du Marché OTC se développent autour de dizaines de disciplines qui ne cessent de croître.

Mais nous pouvons aussi citer entre autres : le multimédia immersif, le design singulier par imprimante 3D, l’œuvre en réalité virtuelle (VR), l’œuvre en réalité augmentée (AR), l’œuvre vidéo 4k/8k par drone en réseaux, la sculpture / installation avec de nouveaux médiums et supports issus de l’industrie et de la recherche, l’œuvre multi-sensorielle, le dessin et la forme numérique 3D assistés de l’IE, l’œuvre robotique & humanoïde, l’œuvre issue de pure R&D, l’œuvre hologrammique, l’œuvre en réseaux numériques, l’œuvre d’hybridation et de mutation, l’œuvre sous copyleft, l’œuvre en matériaux composites, l’œuvre de prototypage, l’œuvre biotechnologique et plus généralement la culture « Maker » qui est une révolution des savoirs et de l’Art, unique dans l’histoire de l’Art.

La culture « Maker » (570 000 plasticiens en réseaux) réactualise des processus artistiques qui prennent leurs racines dans la nuit des temps détournés pour créer des œuvres singulières et communiquer sur la façon de faire. Cette démarche artistique aide à mettre l’accent sur des objectifs et des processus rendus possibles par les innovations récentes, peu chères et flexibles : l’Internet, les moyens collaboratifs et le monde des idées de l’open-source, l’ubiquité exponentielle des machines-outils à commandes numériques par calculateur, proches de l’infiniment petit, avec une compression de l’espace-temps.

Depuis 20 ans, la démocratisation des moyens numériques par Internet a considérablement augmenté les capacités de création et de diffusion de l’œuvre d’art. C’est toute la chaîne de valeur, de la conception aux modes de consommation, qui est transformée.

Avec l’arrivée de la Blockchain d’Artprice, le dernier maillon OTC va être le blast secondaire, celui de la vente directe de l’artiste OTC au nouveau collectionneur sans passer par un intermédiaire. Le numérique explose les possibilités de création et de partage et cette puissance d’agir (« empowerment créatif ») qui fait que l’artiste ne crée plus une œuvre fermée, figée, linéaire, mais crée désormais un système qui génère l’œuvre en flux.

L’artiste plasticien OTC en 2017 est ainsi un explorateur des différentes sciences. Son atelier se situe plus dans les laboratoires de R&D, de Tiers Lieux, de Fab Lab, Hackerspace, Makerspace, dans l’industrie du numérique et dans les laboratoires de biotechnologies, que dans l’atelier traditionnel du XXème siècle qui appartient à l’histoire actuelle du Marché de l’Art traditionnel.

Ses connaissances et approches scientifiques n’enlèvent rien à sa valeur première d’artiste plasticien et permettent de décupler la production d’œuvres de très grande qualité à moindre coût, annonciatrices d’un changement de paradigme, là où le Marché de l’Art traditionnel n’arrive pas à décrypter formellement la dimension intrinsèquement artistique de l’œuvre. De même, le Marché de l’Art traditionnel rencontre des difficultés profondes à imaginer un modèle économique profitable à chacune des parties.

Nous constatons la césure de plus en plus béante entre le Marché de l’Art traditionnel et cette nouvelle génération d’artistes qui prolifère sur les cinq continents et qui est en train de prendre le pouvoir grâce à ses connaissances scientifiques sur le Marché de l’Art traditionnel, lequel survit encore sur les normes académiques du début du XXème siècle.

Pour rappel et comme démonstration indiscutable, il faut se souvenir du nombre d’années (20 ans) qu’a mis le Marché de l’Art traditionnel à simplement accepter la peinture acrylique au même titre que la peinture à l’huile.

Cela permet de comprendre aisément que le Marché de l’Art traditionnel ne pourra pas suivre l’explosion des nouvelles productions artistiques qui se développent en symbiose avec les sciences, lesquelles progressent de manière exponentielle pour former le Marché de l’Art OTC qui considère que l’œuvre d’Art au XXIème siècle est le plus haut niveau de traitement de l’information de l’humanité (Cf. Y.M).

Ce chiffre de 1,2 million d’artistes OTC vivants doit être confronté aux chiffres d’Artprice qui reste de très loin la banque de données la plus exhaustive au monde et compte 657 000 artistes du IVe siècle à nos jours ayant au moins une vente publique. On peut ainsi mesurer l’égarement de certains.

Pour comprendre ce changement de paradigme, Artprice dénombrait en 1997, dans le cadre de ses banques de données, près de 127 mouvements artistiques ayant existé depuis la naissance du Marché de l’Art contre 325 en 2017.

De même, pour les techniques, Artprice en recensait 212 en 1997 depuis l’origine de l’art, par ses historiens et rédacteurs, contre 862 en 2017.

Artprice prend ainsi une avance définitive dans le Marché de l’Art traditionnel grâce à son savoir-faire technologique et innovant. Artprice a su fusionner le meilleur des deux mondes, l’un traditionnel et physique, l’autre dans un changement de paradigme et numérique, afin de créer de la richesse et une occasion unique pour les artistes du Marché de l’Art OTC de se voir propulsés sur Internet avec le vecteur du Leader mondial qu’est Artprice.

S’inscrivant dans une volonté identique à celle d’Emmanuel Macron, Président de la République Française, et de son Secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi, dans le domaine de l’innovation et du numérique, Artprice confirme plus que jamais sa place de Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art.

*Pour information : Artprice a racheté et amorti à 100% dans ses bilans, à un prix conséquent, il y a quelques années la société high tech Suisse Xylogic, composée de scientifiques de renom qui ont développé en R&D l’e-SA3 (e-Solutions for Art and Auction). Elle possède ainsi un temps d’avance scientifique incontestable et unique dans le Marché de l’Art traditionnel et OTC notamment par ses algorithmes propriétaires très puissants. Par ailleurs l’arborescence informatique, les marques et les DNS de « OTC Art Market® » font l’objet de protections en DPI.

**Tout savoir sur la Blockchain d’Artprice :
https://www.actusnews.com/fr/ARTPRICE/cp/2016/05/10/artprice-t1-2016-croissance-a-2-chiffres-artprice-labellisee-par-le-bpi-devoile-son-projet-de-blockchain-sur-le-marche-de-l_art

www.artprice.com

Copyright thierry Ehrmann 1987/2017

A propos d’Artprice :

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris, SRD long only et Euroclear : 7478 – Bloomberg : PRC – Reuters : ARTF.

Artprice est le Leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l’Art avec plus de 30 millions d’indices et résultats de ventes couvrant plus de 657 000 Artistes. Artprice Images® permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l’Art au monde, bibliothèque constituée de 126 millions d’images ou gravures d’oeuvres d’Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens.

Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 6300 Maisons de Ventes et publie en continu les tendances du Marché de l’Art pour les principales agences et 7200 titres de presse dans le monde. Artprice met à la disposition de ses 4,5 millions de membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des œuvres d’Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l’article L 321.3 du code du commerce). Artprice labellisée par le BPI développe son projet de Blockchain sur le Marché de l’Art.

Le Rapport Annuel Artprice du Marché de l’Art mondial 2016 publié en mars 2017 :
https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-en-2016

Le rapport du Marché de l’Art Contemporain 2016 d’Artprice est accessible gratuitement à l’adresse:https://fr.artprice.com/artprice-reports/le-marche-de-lart-contemporain-2016

Communiqué d’ARTE : A la tête de La Demeure du Chaos/ Abode of Chaos dixit « The New York Times », thierry Ehrmann, artiste et fondateur d’Artprice dévoile en 9 épisodes les rouages des plus gros esclandres de l’art contemporain, qui garantissent à coup sûr des expositions blockbusters http://creative.arte.tv/fr/artscandale

Sommaire des communiqués d’Artprice :http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm et https://twitter.com/artpricedotcom

Suivre en temps réel toute l’actualité du Marché de l’Art avec Artprice sur Facebook, Google+ et principalement sur Twitter: https://twitter.com/artpricedotcom & https://twitter.com/artmarketdotcom

https://www.facebook.com/artpricedotcom & https://plus.google.com/+Artpricedotcom/posts

https://artmarketinsight.wordpress.com/

Découvrir l’alchimie et l’univers d’Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d’art contemporain Abode of Chaos / Demeure du Chaos http://goo.gl/zJssdhttps://vimeo.com/124643720

Musée d’Art Contemporain siège social d’Artprice:
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999

Contact ir@artprice.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s