L’efficacité du Marché de l’Art : documenta 14 vs. Art Basel par Artprice

Trois manifestations artistiques majeures se déroulent simultanément en Europe : la Biennale de Venise, la documenta 14 et la foire de Bâle.

A l’échelle planétaire, ces trois événements se concentrent dans une zone étroite, dessinant à peu près une route au milieu de l’Europe. A l’ère où le Marché de l’Art voyage de ville en ville, de semaine en semaine, on imagine facilement les collectionneurs et les professionnels qui, après avoir pris la température à Venise, prennent la route du Nord pour se rendre à la plus importante foire de l’année, à Bâle, et découvrir quelques nouveaux noms très tendance, à Cassel. Il ne leur restera plus que les dernières ventes de juin à Londres avant de pouvoir profiter de la trêve estivale, durant laquelle les galeries, foires et maisons de ventes ferment momentanément leurs portes.

Cette semaine, alors que la documenta 14 et Art Basel font énormément couler d’encre, la Biennale de Venise semble déjà oubliée. L’exposition durera pourtant encore plus de cinq mois, jusqu’au 26 novembre 2017. Mais puisque la sphère influente s’y est précipitée dès l’ouverture, à la mi-mai, un mois plus tard la Biennale semble déjà bien loin, abandonnée aux touristes et aux amateurs…

L’inauguration de la documenta 14 (pourtant préparée pendant une demi décennie) a quelque peu manqué de rigueur, comme le souligne un éditeur du magazine Artsy (How Documenta’s Curators Failed Its Artists). Son principal reproche : un petit retard dans l’organisation, une faute qu’il attribue au curateur Adam Szymczyk. En effet à l’ouverture de la documenta, ce 10 juin, des cartels étaient encore manquants et les informations sur les œuvres souvent incomplètes. Évidemment ceci est regrettable pour les artistes qui exposent, mais leurs noms étaient quand même clairement stipulés. Cette critique en dit finalement davantage sur l’exigence du Marché de l’Art aujourd’hui : chaque manifestation doit être un exemple d’efficacité.

C’est justement ce qui fait la force d’Art Basel, largement considérée comme l’archétype de la foire d’art contemporain. Quand les portes s’ouvrent au grand publique le jeudi matin, la majeure partie des pièces a déjà été vendue. Et pour cause, tous les acheteurs sérieux s’y sont rendus au cours des deux jours VIP qui ont précédés. Pendant les quatre jours d’ouverture officielle, Art Basel accueille principalement les curieux.

Le Marché de l’Art est devenu une machine complexe. Beaucoup d’argent est en jeu et il est crucial que tous les rouages soient parfaitement huilés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s