Artprice T1 2016 : croissance à 2 chiffres, Artprice labellisée par le BPI dévoile son projet de Blockchain sur le Marché de l’Art.

Chiffre d’affaires en K€ 1T2016 1T2015 Variation en %
Internet 1802 1628 +11
Opérations de courtage aux enchères par la Place de Marché Normalisée * * * *
Indices et autres prestations Internet 163 75 +117
Total 1er Trimestre 2016 1965 1703 +15,4%

*Non significatif. En cours de transfert

Ce chiffre de +15,4% est appelé à croître et à dépasser nettement les résultats de 2015. Pour rappel, le rapport financier annuel 2015 laisse apparaître un résultat bénéficiaire multiplié par trois. Au 31/12/2015, Artprice dégage un résultat net consolidé de l’exercice clos le 31 décembre 2015 qui se solde par un bénéfice de 793 K€ contre un bénéfice de 263 K€ pour l’exercice précédent, en compte sociaux Artprice produit un résultat bénéficiaire multiplié par sept.

Au 31/12/2015, en comptes sociaux, Artprice dégage un résultat de l’exercice clos se soldant par un bénéfice de 1 284 K€ contre un bénéfice de 156 K€ pour l’exercice précédent, soit +723% sur le résultat de 2015. La différence avec les comptes sociaux s’explique, entre autres, par la reprise de l’impôt différé sur les sociétés, actif constaté dans les comptes consolidés.

L’exercice 2016 sera le point d’inflexion entre les Maisons de Ventes traditionnelles, qui seront acculées à basculer dans le numérique de par leurs pertes de revenus récurrents, et l’installation définitive de la dématérialisation du Marché de l’Art dont Artprice est le Leader mondial.

Les chiffres Artprice de l’exercice 2015 valident en tous points la stratégie de monnayer désormais tous les services et produits, permettant ainsi d’acquérir durant cet exercice

1 350 000 nouveaux membres qualifiés avec leurs modes comportementaux, dans le respect des textes en vigueur en France, en Europe et aux USA.

Cette croissance de nouveaux membres ultra-qualifiés s’accélère au premier trimestre 2016, ce qui constitue, dans l’économie du numérique, la principale richesse en haut de bilan. C’est le principal paramètre de la finance anglo-saxonne pour déterminer la capitalisation d’une société.

Les capitaux propres consolidés s’améliorent nettement et se comptabilisent à 15 705 K€ en 2015 (14 975 K€ en 2014). Artprice n’a aucun emprunt obligataire, ni de dette bancaire.

Perspectives 2016/2017 : Artprice labellisée par le BPI dévoile son projet de Blockchain sur le Marché de l’Art.

Artprice a obtenu le label BPI Entreprise Innovante en novembre 2015. Ce label convoité permet, pour trois ans renouvelables, la possibilité pour les Fonds Communs de Placement pour l’Innovation (FCPI) d’investir dans le capital d’Artprice et pour leurs souscripteurs de profiter des avantages fiscaux correspondants.

Le label BPI « Entreprise Innovante » est un label étatique, soumis à une stricte éligibilité.

La BPI est la Banque Publique d’Investissement qui accompagne, dans sa mission étatique, le développement des sociétés innovantes. Cette qualification est obtenue après un examen minutieux où l’entreprise postulante doit justifier de la création de produits, procédés ou techniques dont le caractère innovant des perspectives de développement économique est reconnu de manière incontestable.

Artprice, par ses process industriels, peut se permettre le luxe de consacrer 80% de R&D propriétaire dans ses départements, principalement informatique.

Ce facteur donne ainsi au groupe tant un avantage fiscal conséquent et incontestable, que la mise en production régulière de nouveaux produits et services que l’Internet attend, sans la moindre perte financière ou augmentation de capital diluant les actionnaires et affaiblissant la croissance du cours.

Selon thierry Ehrmann fondateur et PDG d’Artprice : très peu de sociétés cotées peuvent afficher une telle gestion et de pareils chiffres. Les crédits d’impôt recherche seront par ailleurs conséquents sur les exercices futurs.

Par sa R&D, Artprice possède indiscutablement les banques de données les plus exhaustives au monde, notamment par le nombre d’artistes, le nombre de Maisons de Ventes reliées à Artprice et le nombre d’œuvres avec une traçabilité pour chacune d’entre elles.

Dans un monde où la fiscalité, la transparence et la réglementation s’imposent sur tous les marchés à forte valeur ajoutée, le Marché de l’Art ne peut se réglementer que s’il est préliminairement normalisé. Artprice est, non seulement le Leader mondial de l’information sur le Marché de l’Art, mais aussi le Pionnier incontestable de la normalisation de ce marché.

Artprice travaille depuis des années avec Interpol ainsi qu’avec plus de 70 services judiciaires et douanes de pays différents et l’ensemble des acteurs du Marché de l’Art dans le monde, principalement les 4500 Maisons de Ventes dont la grande majorité sont reliées par l’Intranet sécurisé mondial d’Artprice.

Comme annoncé très récemment sur Twitter, Artprice a pris un temps d’avance incroyable en développant en R&D la première Blockchain du Marché de l’Art dont elle détient la protection par la propriété intellectuelle. En effet, Artprice possède le cahier des charges de plusieurs années de doléances de l’ensemble de la chaîne des acteurs du Marché de l’Art et des autorités administratives, judiciaires, douanières et fiscales.

Artprice peut ainsi amener à ses actionnaires la certitude qu’il existe plus que jamais une barrière d’entrée insurmontable en terme de temps et de finance pour un éventuel concurrent, quels que soient ses moyens. Cet acte de gestion est une priorité pour Artprice et ses actionnaires. Il constitue la garantie de posséder un cycle industriel d’avance.

La Blockchain d’Artprice sera compatible avec l’IPv6 (protocole réseau sans connexion de la couche 3 du modèle OSI – Open Systems Interconnection) et l’IPv4.

Pour comprendre très simplement et rapidement la Blockchain qui est la véritable révolution incontournable de ce début de siècle :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cha%C3%AEne_de_blocs

La Blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée et fonctionnant sans organe central de contrôle centralisé.

Pour simplifier, une Blockchain constitue une banque de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette banque de données est sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne. Ce savoir-faire de la banque de données sur Internet est le cœur de métier d’Artprice et de sa maison mère Groupe Serveur depuis 31 ans sur Internet .

De plus, Artprice a racheté à un prix conséquent la société high tech Suisse Xylogic, composée de scientifiques de renoms qui ont développé en R&D l’e-SA3 (e-Solutions for Art and Auction), dont le portefeuille clients contient une part très significative des grands acteurs mondiaux du Marché de l’Art et possède un temps d’avance scientifique incontestable et unique dans le Marché de l’Art notamment par ses algorithmes propriétaires très puissants.

La Blockchain produite par Artprice est un développement dont la réussite est certaine parce qu’il résulte d’un consensus liant la preuve de travail et la preuve de participation.

La Blockchain permettra à terme d’améliorer considérablement la réversion des droits de reproduction et autres droits dérivés aux sociétés de droits d’auteurs honorablement reconnues comme l’ADAGP en France qui collecte les reversions issues de droits auprès de 43 pays.

La Blockchain d’Artprice va réduire les coûts de transactions (intermédiation) tant pour les Maisons de Ventes que pour les galeries et les institutionnels. En effet, la Blockchain d’Artprice se subrogera, entre autres, au catalogue raisonné, dont on connaît les dérives, faiblesses et subjectivité, et deviendra, pour rester simple, le catalogue raisonné universel.

Cette Blockchain, propriété d’Artprice avec un système ouvert (open system), permettra le contrôle intégral des données, la gestion des droits d’auteurs, la traçabilité des œuvres, le tracking des œuvres volées ou disparues, le passage en douane et la localisation des œuvres à tout moment.

Les ports francs tels que ceux de Genève, en quête de respectabilité, devront être enchantés par cette Blockchain qui leur donnera la crédibilité durable qu’ils recherchent après les différentes affaires qui ont terni leur image.

Artprice installera sa Blockchain progressivement sur l’ensemble des systèmes informatiques régissant le Marché de l’Art mondial et permettra ainsi de fluidifier et certifier les transactions, donnera aux collectionneurs et amateurs la confiance nécessaire pour que le Marché de l’Art soit transparent et garantira à l’acheteur et au vendeur que leurs données par la Blockchain d’Artprice seront dupliquées gratuitement sur des millions de serveurs informatiques et donc non falsifiables.

Par sa Blockchain, Artprice peut permettre au Marché de l’Art une reconnaissance des législateurs et des Etats qui désirent assainir et réglementer ce marché, lui évitant ainsi des contraintes législatives et administratives, ce qui explique l’adhésion des acteurs du Marché de l’Art à la création de cette Blockchain.

Ce n’est pas pour rien que 90% des grandes banques mondiales travaillent de concert aux Blockchain solutions dont la puissance de feu et la certification de confiance est infiniment supérieure au réseau bancaire actuel (Swap, Clearstream, Euroclear …).

Même si ce développement paraît à priori complexe pour les lecteurs, il préfigure la véritable révolution numérique des flux à valeur ajoutée que les acteurs de la finance et de la banque ainsi que l’ensemble des Etats dans le monde considèrent déjà comme irrévocable.

Le Marché de l’Art étant par nature le secteur économique rêvé pour imposer naturellement une Blockchain, Artprice détient la bonne direction car tous les acteurs du Marché de l’Art recherchent de la sérénité et de la confiance pour sécuriser de manière absolue ce marché qui, selon tous les grands bureaux d’études, devient un marché efficient comme les marchés financiers.

Les taux négatifs accroissent l’intérêt de l’investissement dans le Marché de l’Art.

Il ne faut pas oublier qu’un des plus grands défis de ce siècle sont les taux négatifs pratiqués par les banques centrales qui ruinent toute forme d’épargne en numéraire, d’où l’explosion du Marché de l’Art où Artprice a démontré, sur des millions de transactions, que le rendement d’une œuvre de 20 000€ est de 9%; et pour une œuvre de 100 000€ un rendement perpétuel de 12 à 15%. Le Marché de l’Art a connu une croissance en volumes de 1200% depuis 2000.

La Blockchain d’Artprice peut donc être assimilée à un grand livre comptable public, anonyme et infalsifiable. Comme l’écrit le mathématicien Jean-Paul Delahaye, il faut s’imaginer « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. »

Artprice, par ses milliards de logs produits chaque année sur ses banques de données (Big Data), connaît mieux que quiconque l’arborescence informatique disponible du Marché de l’Art mondial et ses algorithmes.

La nouvelle version de la Place de Marché Normalisée d’Artprice, déployée fin avril 2016 est entièrement écrite pour s’insérer dans la Blockchain d’Artprice, gage de confiance, notamment pour le marché américain, cible prioritaire d’Artprice.

Les retours clients et professionnels d’Artprice sont excellents car ils ont contribué, par leurs conseils ou critiques, au cahier des charges qui ne peut être que meilleur face à un développement imposé au marché.

Accroissement de la notoriété d’Artprice aux USA et notamment sur la côte pacifique.

Concernant les USA, Artprice, au cours de ces 9 derniers mois, tant sur la côte Est que Ouest, a noué des partenariats, des échanges de données et créé des couloirs de diffusion dans les grands comptes et institutionnels américains qui lui permettent d’asseoir définitivement sa notoriété aux USA.

Ses différents comptes Twitter américains (Artprice, ArtMarket, Artpriceads, Artpricedotcom Artmarket.com) comptabilisent 9,1 millions d’impressions pour avril 2016, chiffres certifiés Twitter USA pour préparer au mieux son IPO sur un marché anglo-saxon avec Artmarket.com.

Artprice, après la publication de ses comptes annuels 2015 le 27 avril 2016, a vu près de 14% de capital échangé sur Euronext et Equiduct avec de nouveaux actionnaires à composante Internet 3.0 et technologies du futur.

A ce titre, les paragraphes suivants leur sont réservés afin de restituer les fondamentaux d’Artprice.

Artprice invite ses nouveaux actionnaires qui désirent connaître l’historique de la société à prendre pleinement connaissance de son information réglementée et très détaillée dans son Rapport Financier Annuel 2015, notamment au niveau des paragraphes << Activité et événements importants survenus au cours de l’exercice >> et << Evénements importants intervenus depuis la date de clôture, le 31 décembre 2015, et perspectives d’avenir >> <<Analyses des risques>> et << Informations complémentaires>> du rapport du Conseil d’Administration.

Perspectives

Concernant l’évolution du Marché de l’Art en 2016, face à l’incertitude d’une stagnation en Europe et d’une croissance anémique sur les autres continents, grâce à l’Art Market Confidence Index (indice de confiance d’Artprice du Marché de l’Art en temps réel), qui fait désormais référence dans le Marché de l’Art et la presse économique, Artprice constate et confirme une hausse continuelle de son indice de confiance, depuis fin 2011, sur l’ensemble des pays qui représente 90 % du Marché de l’Art.

Les résultats significatifs enregistrés en 2015 sur le Marché de l’Art attestent de la bonne santé du Marché de l’Art. De plus, Artprice avait prédit le net redressement de la Chine pour 2016. C’est désormais une réalité avec l’analyse des ventes du premier trimestre 2016. Une fois de plus, les prévisions économiques d’Artprice se sont révélées exactes contre les Cassandre de tous bords.

Le Marché de l’Art a toujours été historiquement une valeur refuge face aux crises de grandes ampleurs et notamment aux dépréciations d’actifs financiers que l’économie mondiale continue d’affronter plus que jamais en 2016/2017.

Pour information, le CA du Marché de l’Art mondial affiche à nouveau une forte progression, malgré la dégradation de l’économie mondiale. Le CA 2016 s’annonce sous de bons auspices.

Entre logique d’investissement, spéculation, collections passionnées, demande insatiable de grandes signatures pour alimenter les nouveaux Musées du monde, le CA du Marché de l’Art mondial affiche une très bonne santé avec une croissance assurée pour 2016, ce qui n’est pas le cas de différents secteurs économiques.

Les leviers d’une telle croissance passent par la facilité d’accès aux informations sur le Marché de l’Art, la dématérialisation des ventes – le tout sur Internet avec 95% des acteurs connectés principalement par l’Internet mobile – la financiarisation du marché, l’accroissement des consommateurs d’art (de 500 000 à l’après-guerre à 70 millions en 2015), leur rajeunissement, l’extension du marché à toute la Grande Asie, zone Pacifique, Inde, Afrique du Sud, Moyen-Orient et Amérique du Sud.

Ils passent aussi par l’industrie muséale (700 nouveaux Musées/an) devenue une réalité économique mondiale au XXIème siècle. Il s’est construit plus de Musées entre 2000 et 2014 que durant tout le XIXème et XXème siècles. Cette industrie dévoreuse de pièces muséales est l’un des facteurs primordiaux de la croissance spectaculaire du Marché de l’Art.

Le Marché de l’Art est désormais mature et liquide, offrant des rendements de 10% à 15% par an pour les oeuvres supérieures à 100 000 $.

En 2015, dans le combat de titans Chine / USA, les Etats-Unis reprennent la première place, ravie durant 5 ans par la Chine qui dispose du plus grand marché d’œuvres anciennes au monde. Le pouvoir de l’art constitue un Soft Power essentiel pour les Etats-Unis, la Chine et à une autre échelle le Qatar. En 2016, la Chine est bien partie pour reprendre la première place, ce qui conforte la stratégie d’Artprice en accroissant sa présence en Chine avec son puissant partenaire historique et institutionnel Artron.

Pour information, la Chine pesait à peine 2% de part de marché en 2000. Il faut préciser que l’intégralité des services, produits, Place de Marché Normalisée à prix fixe et aux enchères ainsi que les 30 millions de pages de données sont en mandarin depuis 5 ans dans un marché de plus en plus dématérialisé et mondial.

Au regard de ces données macro et micro-économiques, le Marché de l’Art s’affirme depuis 18 ans comme une valeur refuge face aux crises économiques et financières avec des rendements conséquents et récurrents.

Alors que les Banques Centrales appliquent des taux négatifs, que les actions subissent un krach boursier, le Marché de l’Art affiche une santé insolente avec par exemple une progression de 1 200% des recettes annuelles enregistrées sur le seul segment de l’Art Contemporain en 16 ans et une progression linéaire de la valeur moyenne d’une oeuvre d’art de +43%.

Ces rendements ne sont pas réservés aux artistes stars. En effet, on obtient des rendements déjà significatifs de 9% dès que le prix d’une oeuvre franchit le prix de 20 000€.

Les prix de l’art ne cessent ainsi de changer d’échelle. Après avoir stagné sur une fourchette haute de 10 mUSD dans les années 1980 puis atteint au cours des années 2000 la barre des 100 mUSD, ils ont franchi le 5 février 2015 selon « The New York Times » la barre des 300 mUSD avec la vente d’un Gauguin par un acheteur qatarien. Cette échelle est, selon Artprice, « appelée à franchir le milliard de dollars très prochainement. ».

Le Marché de l’Art en mars 2016 démontre une nouvelle fois qu’il est bel et bien passé à la vitesse supérieure, avec la vente privée par Christie’s de 500mUSD se composant d’une toile de Jackson Pollock à 200 mUSD ainsi que d’un tableau signé Willem de Kooning, cédé pour 300mUSD.

En effet, l’économie du Marché de l’Art, comme tous les marchés, tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux, le plus liquide et celui permettant de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d’intervenants et, bien sûr, une information transparente sur l’intégralité des prix et indices.

La Place de Marché Normalisée à prix fixe et aux enchères d’Artprice ainsi que ses banques de données (toutes protégées au titre de la propriété intellectuelle) répondent exactement à ces cinq points.

Du fait de la crise économique et financière mondiale, qui a changé en une décennie la géopolitique du Marché de l’Art mondial, la quasi-totalité des Maisons de Ventes dans le monde, et principalement dans la grande Asie, se rapprochent spontanément d’Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis 1987 pour réaliser, avec l’adoption de la Directive Services relative aux enchères publiques notamment par voie électronique, leurs enchères en ligne grâce à la Place de Marché Normalisée d’Artprice et ses 4,5 millions de membres dans plus de 90 pays, en mode marque blanche ou marque grise.

En effet, les Maisons de Ventes, quelles que soient leurs tailles et leurs pays, sont toutes en train de fermer tour à tour leurs salles des ventes physiques, génératrices de charges désormais inutiles, pour aborder avec 18 ans de retard, les ventes d’art sur Internet où la barrière d’entrée financière et technologique est très lourde mais vitale pour leurs survies.

Il est vrai qu’en 18 ans, le nombre de connectés à Internet est passé de 45 millions à 3,9 milliards d’internautes, devenus de réels consommateurs de biens et de services.

Mais il faut aussi prendre en compte l’arrivée plus récente des « Silver Surfeurs » que sont les plus de 50 ans, à haut pouvoir d’achat et principaux utilisateurs d’Artprice, qui font désormais d’Internet leur terrain de prédilection pour la recherche d’oeuvres d’art dans le monde, avec comme mode d’accès privilégié les tablettes, phablettes et smartphones qui correspondent parfaitement à leur culture et leur statut social.

Le triomphe commercial de l’Internet mobile colle parfaitement à Artprice car sa clientèle est par nature nomade et a besoin d’informations dans le feu de l’action, comme c’est le cas pour les Experts, les Assureurs, les Galeristes, les Maisons de Ventes, les Douanes et bien sûr les collectionneurs et amateurs en situation d’achat ou de vente en galerie ou en salle des ventes.

L’Internet mobile pour Artprice devrait représenter sous peu 90% de ses consultations. Artprice en est déjà à près de 81% début 2016. L’ensemble des grands bureaux d’études émet une prévision en nombre de Smartphones et tablettes vendus pour 2016 qui se situe dans le consensus global des analystes à 2,1 milliards de nouveaux internautes mobiles.

D’autre part, Artprice a obtenu le label BPI Entreprise Innovante en date du jeudi 12 novembre 2015. Ce label convoité permet, pour trois ans renouvelables, la possibilité pour les Fonds Communs de Placement pour l’Innovation (FCPI) d’investir dans le capital d’Artprice, et pour leurs souscripteurs de profiter des avantages fiscaux correspondants.

Il permet aussi à Artprice de bénéficier de l’Article 26 de la Loi de Modernisation de l’Economie qui vise à favoriser l’accès des PME aux marchés publics de haute technologie, de R&D et d’études technologiques.

Le label BPI « Entreprise Innovante » est un label étatique, soumis à une stricte éligibilité.
La BPI est la Banque Publique d’Investissement qui accompagne, dans sa mission étatique, le développement des sociétés innovantes. Cette qualification est obtenue après un examen minutieux où l’entreprise postulante doit justifier de la création de produits, procédés ou techniques dont le caractère innovant des perspectives de développement économique est reconnu de manière incontestable.

Artprice, par sa structuration en terme de process industriel, peut se permettre le luxe de consacrer plus de 80% de R&D propriétaire dans ses départements, principalement informatique, donnant ainsi au groupe tant un avantage fiscal conséquent et incontestable, que la mise en production régulière de nouveaux produits et services que l’Internet attend, sans la moindre perte financière ou augmentation de capital. Très peu de sociétés cotées peuvent afficher une telle gestion et de pareils chiffres.

Par sa R&D, Artprice possède indiscutablement les banques de données les plus exhaustives au monde, notamment par le nombre d’artistes, le nombre de Maisons de Ventes reliées à Artprice et le nombre d’œuvres avec une traçabilité pour chacune d’entre elles.

Le transfert des serveurs de routage aux USA en I.P. américaines en Virginie (USA) ouvre la voie juridique nécessaire au futur d’Artprice et, par conséquent, à celui de sa filiale américaine Artmarket.com pour son IPO sur un marché anglo-saxon.

De même, l’année 2015 et début 2016 ont permis à Artprice aux USA, tant sur la côte Est que sur la côte Ouest, d’affirmer sa présence de manière très conséquente pour être reconnue comme une entité purement américaine grâce à sa filiale Sound View Press (since 1985) devenue Artprice Inc. puis Artmarket.com par des actions économiques spécifiques aux US.

Artprice est aussi dans les data centers de Francfort (Allemagne) et Singapour, avec à chaque fois une IP correspondant au pays pour optimiser l’indexation et la géolocalisation.

Pour cette nouvelle version des banques de données Artprice en ligne, en 5 langues (outre le français) et intégralement en « Mobile First », Artprice fait en sorte que, quel que soit le smartphone, la phablette, la tablette, le système d’exploitation, notamment Androïd, IOS et Windows Phone, soit près de 12 000 versions toutes cumulées, l’utilisateur d’Artprice n’a absolument plus besoin de télécharger des applications.

Les principaux moteurs de recherche comme Google et Baidu donnent une priorité absolue d’indexation pour les services en Mobile First avec une IP propre à leur continent (géolocalisation).

Tout est écrit pour que l’utilisateur d’Artprice, quel que soit son mobile Internet dans le monde, ait Artprice en version optimisée, avec une ergonomie très intuitive, notamment pour les différents paiements.

Avec l’arrivée de la 4G/4G+ LTE dans le monde, les principaux opérateurs telecoms, dont certains sont déjà fournisseurs du Groupe depuis de nombreuses années, vont permettre à Artprice une multitude d’actes tarifaires qu’il était impossible de réaliser en mode 2G ou 3G.

Ainsi, il est prévu, dans le cadre d’une fonction kiosque 4G+/LTE avec les opérateurs télécoms, une facturation de micro-paiements (que les banques sont dans l’incapacité de traiter) ou au prélèvement mensuel automatique via l’abonnement téléphonique et/ou Internet. En 2016, c’est plus de 3,9 milliards d’internautes mobiles qui pourront potentiellement se connecter à Artprice.

Afin d’accroître le niveau de sécurité et de confiance dans l’économie numérique, Artprice s’est rapprochée en 2011 d’Interpol Monde où, sur l’ensemble des pages clés des banques de données d’Artprice et principalement sur la Place de Marché Normalisée, figurent de manière permanente le logo Interpol et le lien hypertexte vers INTERPOL’s Stolen Works of Art database permettant à la clientèle d’Artprice de vérifier si l’oeuvre présentée fait l’objet d’une poursuite judiciaire.

A contrario de services de ventes d’œuvres d’art sur Internet et notoirement connus, Artprice impose à sa clientèle une présence judiciaire permanente donnant ainsi la confiance nécessaire au bon développement de sa Place de Marché Normalisée à prix fixe et aux enchères.

De même, son concours depuis 8 ans auprès de 70 polices judiciaires de différentes nationalités, a permis à Artprice d’établir un niveau de confiance rarement égalé sur Internet, renforcé par la collaboration constante avec les artistes, les ayants droit et les experts.

Au coeur de sa Place de Marché Normalisée, Artprice possède le fichier clients qualifié Fine Art le plus important au monde. Ce fichier clients sous forme de Data Mining puis de Big Data (conservation de milliards de logs de comportements clients en accord avec les différentes directives françaises et européennes ) est, dans le Marché de l’Art, la base vitale de la réussite d’une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d’art en Europe au début du XIX siècle.

Artprice, compte-tenu de son projet d’introduction (IPO) de sa filiale américaine Artmarket.com, analyse actuellement différentes propositions de Maisons de Ventes en provenance de plusieurs continents.

Les différents majors du Marché de l’Art et leurs propositions spontanées vers Artprice confirment parfaitement la situation en 2016, à savoir, que le Marché de l’Art a basculé intégralement sur Internet (point d’inflexion), que les grandes Maisons de Ventes absentes d’Internet ou échaudées par leur expérience en interne sur Internet se tournent vers Artprice qui a 25 ans de présence sur Internet.

Leur choix pour Artprice s’explique naturellement par les logs de comportements sur ses 4,5 millions de membres (Big Data) et ses banques de données les plus exhaustives au monde ainsi que sa Place de Marche Normalisée à prix fixe et aux enchères protégée au titre du DPI.

Ce projet de fusion avec la filiale américaine d’Artprice, Artmarket.com (anciennement Sound View Press, créée en 1985), permettra à la (aux) Maison(s) de Ventes retenue(s) une positon de leadership incontestable.

En contrepartie, la filiale d’Artprice aura l’expertise, la garantie et la confiance des nouveaux clients grâce à la notoriété mondiale de la Maison de Ventes retenue pour acquérir la confiance absolue des grands comptes. La confiance sur Internet étant un élément clé, notamment pour des transactions supérieures à 50 K€.

Artprice rappelle que sa Place de Marché Normalisée à prix fixe (pour laquelle elle ne perçoit aucune commission sur les transactions) croît de manière conséquente d’année en année depuis 2005, notamment sur l’année 2015 malgré le passage en mode payant, avec plus de 63 000 œuvres d’art de qualité présentées quotidiennement (soit un jeu égal avec la Maison France dans son ensemble) sur lesquelles Artprice ne perçoit pas de commission sur les ventes à prix fixe mais capte une abondante masse de nouveaux clients pour ses banques de données.

Enfin, Artprice recommande vivement d’éviter le forum de Boursorama qui fait l’objet de nombreuses poursuites notamment pénales pour violation du code monétaire et financier (fausses informations); voir détail des procédures dans le Document de Référence AMF 2014 page 52 à 54 dépôt AMF 24/07/2015.

Une plainte du 08 janvier 2016 est en cours d’instruction à l’AMF pour abus de marché (market abuse) sur le cours d’Artprice.

Le cours d’Artprice ne reflète absolument pas la réalité économique d’Artprice.

A propos d’Artprice :

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris, SRD long only et Euroclear : 7478 – Bloomberg : PRC – Reuters : ARTF.

Artprice est le Leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l’Art avec plus de 30 millions d’indices et résultats de ventes couvrant plus de 620 000 Artistes. Artprice Images® permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l’Art au monde, bibliothèque constituée de 126 millions d’images ou gravures d’oeuvres d’Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens.

Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 4 500 Maisons de Ventes et publie en continu les tendances du Marché de l’Art pour les principales agences et 7200 titres de presse dans le monde. Artprice met à la disposition de ses 4,5 millions de membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des œuvres d’Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l’article L 321.3 du code du commerce).

Le Rapport Annuel Artprice du Marché de l’Art mondial 2015 publié en mars 2016 :
http://imgpublic.artprice.com/pdf/rama2016_fr.pdf

Sommaire des communiqués d’Artprice :
http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm
et http://twitter.com/artpricedotcom
Suivre en temps réel toute l’actualité du Marché de l’Art avec Artprice sur Facebook, Google+ et principalement sur Twitter: http://twitter.com/artpricedotcom & http://twitter/artmarketdotcom
https://www.facebook.com/artpricedotcom
https://plus.google.com/+Artpricedotcom/posts
https://artmarketinsight.wordpress.com/
Musée d’Art Contemporain siège social d’Artprice :
https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999
Contact : Josette Mey : e-mail : ir@artprice.com +33 (0) 4 78 22 00 00

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s