Artprice : Psychanalyse de la 42ème édition de la FIAC avec les chiffres clés.

175 galeries, venues de 23 pays de par le monde, seront réunies la semaine prochaine dans le Grand Palais pour donner un aperçu complet de ce qu’est l’Art Contemporain aujourd’hui, et tâter de la santé du Marché. Du 22 au 25 octobre 2015, Paris redevient ainsi la capitale étincelante du Marché de l’Art.

La véritable bonne nouvelle au programme de la FIAC : selon le dernier Rapport du Marché de l’Art Contemporain, publié en six langues par Artprice, le Marché de l’Art Contemporain a progressé de 1 800% en chiffre d’affaires, passant de 93 m$ à 1,76 M$. Ce Marché que l’on croyait élitiste s’ouvre à tous, plus de 64% des œuvres contemporaines sont adjugées à moins de 5 000$.

Selon thierry Ehrmann, Président et fondateur d’Artprice et plasticien, « l’Art Contemporain est devenu la locomotive du Marché de l’Art, car l’Artiste contemporain dans un monde normalisé et mondialisé nous amène ce supplément d’âme par sa fonction », « d’être celui qui prend en pleine face le faisceau obscur de son temps », comme le citait le philosophe Giorgio Agamben.

Télécharger gratuitement l’intégralité du rapport du marché de l’art contemporain 2015 en format PDF :https://twitter.com/artpricedotcom/status/651065006092587013
Pour sa 42ème édition, la FIAC fait le pari de la qualité plutôt que de la quantité : le nombre d’exposants et de pays représentés a été réduit par rapport à l’année dernière. Ou plutôt la foire a été scindée en deux car l’Officielle permet à 69 galeries supplémentaires de présenter leurs artistes tout en déchargeant la grande Nef…

Il faut dire que la FRIEZE, qui n’a que 12 ans d’âge, comporte déjà presque autant d’exposants, plus de pays représentés et un bilan 2014 post salon très supérieur à celui de la FIAC en termes de chiffre d’affaires. Il est vrai que Paris en ventes publiques pèse 31 m$ (moins de 2%) face à Londres avec ses 410 m$ (23%).

La FIAC proposera alors la concentration la plus pure du meilleur de l’art contemporain. Loin du bric-à-brac de chez Drouot, loin des surprises et d’éventuelles découvertes extraordinaires, le Grand Palais se transforme en grande vitrine des splendeurs.

Il y a un an, dans sa Radioscopie de la FIAC 2014, la société Artprice s’interrogeait sur la présence de nombreuses œuvres d’artistes modernes (Picasso, Kandinsky, Klimt ou encore Munch) dans une foire a priori dédiée à l’art contemporain. Cette année encore, la FIAC a choisi d’opter pour un tel mélange en annonçant des œuvres d’Henri Matisse, Marc Chagall, Joseph Beuys ou encore Joan Miro.

Ainsi la FIAC préfère garantir la qualité des œuvres plutôt que leur nouveauté ! Si bien que les magnifiques pièces que les Parisiens peuvent espérer voir à la FIAC sont celles qui sont aujourd’hui absentes de leurs salles de ventes, celles que l’on retrouve habituellement à New York ou Londres : les plus belles du Marché de l’Art occidental.

Toutes les galeries, et presque tous les artistes, ont d’ores et déjà été approuvés par le Marché. Sur les 1181 plasticiens dont les travaux seront présentés lors de cette édition, 350 seulement n’ont jamais vu l’une de leurs oeuvres proposée en ventes publiques.

La majorité des autres artistes sont, à l’inverse, des grandes figures du Marché de l’Art. Ainsi la FIAC laissera parfaitement transparaître les grandes tendances internationales. Christopher Wool, qui est parvenu à détrôner Jeff Koons dans le Top 500 des artistes contemporains Artprice 2015 (voir le Top 500 dans le Rapport du marché de l’Art Contemporain 2015 https://twitter.com/artpricedotcom/status/651065006092587013) sera présenté par six galeries tandis que deux seulement annoncent des pièces du Prince Koons (Larry Gagosian et Nahmad Contemporary).
Bien d’autres pièces signées des super-stars des ventes d’art contemporain, seront présentes : des toiles de Jean-Michel Basquiat, de Peter Doig ou de Richard Prince, ainsi que de tous ceux qui ont affolé les enchères au cours des deniers mois et dont la cote ne cesse de grimper : Cy Twombly, Mark Rothko, Roy Lichtenstein, Gerhard Richter ou même Andy Warhol…

Bien que leurs meilleures œuvres soient toute l’année absentes des salles de ventes françaises, elles seront bien là lors de la FIAC… On en viendrait presque à penser que cette foire n’est plus tellement la célébration d’un Art Contemporain français mais le passage annuel, dans la Ville Lumière, d’un Marché de l’Art international dominé par les grandes places anglo-saxonnes.

108 artistes d’origine française verront leur travail présenté lors de cette 42ème édition, sans toutefois que la FIAC parvienne à défendre un véritable cachet français ! Premièrement car il y aura deux fois plus d’artistes américains (246). C’est peut-être sur ce point que l’on peut lire le déclin français inexorable depuis 1950 où il pesait 60% du Marché de l’Art mondial pour arriver à 2% et 0,9% si l’on s’en tient aux artistes français.

Et puis parce que tous ceux-ci seront noyés parmi les oeuvres d’un millier d’autres artistes venus des quatre coins du globe. Paris n’a jamais tourné le dos au reste du monde, au contraire, la ville a toujours accueilli tous les artistes.

Mais aujourd’hui la situation est très différente : les oeuvres ne sont que de passage !

Pourquoi la France peine-t-elle ainsi sur le Marché de l’Art international ? Il y a pourtant pléthore de collectionneurs riches et éduqués et, quoi qu’en disent les critiques, le gouvernement ne freine pas fiscalement le marché : l’art continue toujours d’échapper à l’ISF et de nombreux collectionneurs européens s’accordent à dire que le statut de collectionneur en France reste très enviable.

Il nous manque tout simplement parmi les 700 000 foyers fiscaux soumis à l’ISF, d’endosser l’ancien statut ô combien célèbre au regard de l’histoire de l’art du collectionneur du XIXème siècle, véritable visionnaire. Malheureusement, les artistes anglo-saxons constituent de très loin les premiers choix des collectionneurs français.

Par ailleurs, il existe de très nombreux artistes français contemporains hautement considérés par le Marché, à l’instar de Christian Boltanski et d’Annette Messager (présentés par la galerie Marian Goodman) mais aussi Pierre Huyghe, Sophie Calle, Xavier Veilhan ou Claude Lévêque. Il faut noter au bénéfice de la FIAC qu’elle organise le célèbre prix Marcel Duchamp et peut, par ailleurs, compter sur les grands collectionneurs français.

On sait en effet que Bernard Arnault et François Pinault se disputent âprement la domination du marché hexagonal. L’an dernier, François Pinault avait acquis jusqu’à 37 œuvres lors de la première journée de la FIAC, parmi lesquelles une sculpture de l’Américaine Roni Horn, mise en vente pour 3,5 m$ chez Hauser & Wirth.

Seulement si tous ceux-ci sont représentés par de prestigieuses galeries, ils sont malheureusement loin d’être les artistes stars du Marché, davantage considérés comme des artistes institutionnels que l’on retrouve bien plus souvent dans les musées et les Biennales qu’en salles de ventes.

A tel point qu’en dépit d’un extraordinaire passé et d’une scène culturelle de premier ordre, les artistes français ne pèsent que 0,9% du produit des ventes d’art contemporain dans le monde ! Et la présence d’oeuvres d’Yves Klein, de Jean Dubuffet, Fernand Léger, Marcel Duchamp à la FIAC 2015 ne feront que renforcer cette nostalgie de la grandeur passée de Paris sur le Marché de l’Art.

Quelle est la place des galeries anglo-saxonnes telles que Michael Werner, Hauser and Wirth, White Cube, David Zwirner ou Pace à Paris? Pourquoi faut-il que la FIAC ressemble finalement à toutes les autres grandes foires internationales, de New York à Bâle?

Finalement la FIAC est à l’image des grandes expositions parisiennes de la rentrée. On assistera volontiers à un énième événement Picasso et une nouvelle présentation du génie de Warhol, car on sait que l’on ne sera pas déçu. Mais malheureusement il n’y aura rien de nouveau, seulement des événements bien rentabilisés…

FIAC :
Exposants : 191 en 2014, 175 en 2015.
Pays représentés : 26 en 2014, 23 en 2015.
Visiteurs : 74 000 en 2014.

FRIEZE :
Exposants : 162 en 2014, 164 en 2015.
Pays représentés : 25 en 2014, 27 en 2015.
Visiteurs : 60 000 en 2014.
www.artprice.com (c) 1987-2015 thierry Ehrmann

A propos d’Artprice :

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris, SRD long only et Euroclear : 7478 – Bloomberg : PRC – Reuters : ARTF. Depuis mars 2014, Artprice fait partie du nouvel indice CAC® PME d’Euronext ainsi que de l’EnterNext® PEA-PME 150 en novembre 2014.

Artprice, avec plus de 14 ans de communication réglementée sur l’Eurolist, se fait un point d’honneur de produire toute l’information nécessaire aux professionnels des marchés financiers mais aussi aux néophytes du Marché de l’Art. Toutes les questions des 18 000 actionnaires d’Artprice trouvent systématiquement leurs réponses dans l’information réglementée d’Artprice qu’elle diffuse en ligne par son diffuseur homologué par l’AMF http://www.actusnews.com

Artprice est le leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l’Art avec plus de 30 millions d’indices et résultats de ventes couvrant plus de 592 000 Artistes. Artprice Images(R) permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l’Art au monde, bibliothèque constituée de 118 millions d’images ou gravures d’oeuvres d’Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens.

Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 4 500 Maisons de Ventes et publie en continu les tendances du Marché de l’Art pour les principales agences et 7200 titres de presse dans le monde. Artprice met à la disposition de ses 3,6 millions de membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des œuvres d’Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l’article L 321.3 du code du commerce).

Sommaire des communiqués d’Artprice : http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm
et http://twitter.com/artpricedotcom
La version PDF du rapport annuel Artprice sur le Marché de l’Art mondial est téléchargeable sur Artprice :http://imgpublic.artprice.com/pdf/rama2015_fr.pdf
Découvrir l’alchimie et l’univers d’Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d’art contemporain Abode of Chaos / Demeure du Chaos. http://goo.gl/zJssd
https://vimeo.com/124643720

Suivre en temps réel toute l’actualité du Marché de l’Art avec Artprice sur Facebook, Google+ et Twitter,
https://www.facebook.com/artpricedotcom
https://plus.google.com/+Artpricedotcom/posts
http://twitter.com/artpricedotcom & http://twitter/artmarketdotcom https://artmarketinsight.wordpress.com/
Musée d’Art Contemporain : https://www.facebook.com/la.demeure.du.chaos.theabodeofchaos999
Contact : Josette Mey : e-mail : ir@artprice.com +33 (0) 4 78 22 00 00

Publicités

Une réponse à “Artprice : Psychanalyse de la 42ème édition de la FIAC avec les chiffres clés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s