Billet de thierry Ehrmann 001 sur la Biennale de Lyon

thierry Ehrmann

thierry Ehrmann

Il a suffi que j’écrive « Le Marché de l’Art fait main basse sur les Biennales * » pour déclencher la foudre des grands ayatollahs de la Rue de Valois. (*  https://artmarketinsight.wordpress.com/2015/09/10/le-marche-de-lart-fait-main-basse-sur-les-biennales-par-artprice/ ) ( https://artmarketinsight.wordpress.com/2015/09/12/the-art-market-takes-over-the-biennials-by-artprice/ )

Au risque de leur faire manger leur turban, il faut voir la vérité en face.

Suivant Thierry Raspail depuis 1991 avec 12 éditions sur les bras, et notamment celle de 2000 où le quitte ou double de la survie de la Biennale de Lyon était engagé, je vous rappelle que cette Biennale de Lyon est la Biennale de Malraux.

La Biennale de 2000, Partage d’Exotisme, qui était secrètement la suite rêvée de la mythique Biennale « Les Magiciens de la Terre », avec Jean-Hubert Martin, les 2 Thierry, et l’équipe de choc au bord du suicide, avait cumulé tous les défis.

Cette cinquième édition tombait une année paire, se voulait universaliste pour cette année 2000 et avait décidé de broyer tous les critères occidentaux pour traiter à la fois l’Art traditionnel et central entre universel et relatif.

Les orgues de Staline étaient en place, 140 artistes invités des 5 continents. Le budget avait littéralement explosé, et Artprice étant un des mécènes principaux a su faire les raccords. 1800  journalistes du Monde entier venaient à Lyon pour imaginer la suite mythique des Magiciens de la Terre ou plan B, nous flinguer.

Face au micro, je disposais de quelques minutes pour expliquer à ces prédateurs et le Ministre qu’une Biennale est un acte politique avec un grand « P » qui plante sa guitoune là où il y a rien ou là où il y a tout.

Le pari fut gagné, Partage d’Exotisme est entré désormais dans la légende et les 140 artistes présents démarrèrent des carrières fulgurantes.

Ce qui explique mon papier de 2015, dans lequel je ne peux pas faire autrement que de constater que l’édition 2015 n’est que le parfait reflet du Marché de l’Art mondial qui se passe à New York, Londres, Paris ou Shanghai.

Nom de Dieu, où est l’esprit de Partage d’Exotisme qui a su mettre le feu dans le Monde entier ?

Je suis bon joueur, après avoir engueulé Thierry Raspail sur les Biennales vidéo, cette année je note « le grand retour des installations et sculptures » pour le bonheur du public et le mien en tant que sculpteur plasticien.

Un seul mot, foncez voir la Biennale !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s